chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Elle voit des trois partout. 02-01-14 (Bonne Année donc!)

 

Une chronique un peu spéciale aujourd’hui puisqu’elle ne sera pas égaillée de pléonasme et autres expressions sémantiques absurdes de mes minotes.

Alors, pour vous situer le tableau, au cas où vous ne l’auriez pas encore compris, j’ai récemment revu quelques extrais du film « La Chèvre » avec Pierre Richard, et il faut être réaliste, a chacune des scènes de la bande annonce, il y avait comme une résonnance intérieure :

- L’allumette en feu qui tombe de mes mains et atterrit dans la poche de mon peignoir (ou l’art de se réveiller zen le matin).

- La porte dans la tronche à Ikea. Non mais faut dire qu’elles sont super bien lavées leurs vitres…pas comme chez moi, mais finalement c’est pensé ET tactique: je ne peux pas les louper les miennes !

- La piqure d’insecte qui dégénère (enceinte, un dimanche, sur le visage…ressemble à Elephant Man: gonflée partout ).

- La chaise qui s’écroule sous moi (pourtant, je ne suis pas bien lourde) entrainant la chute du piège à guêpe qui en profite pour m’éclabousser. Oui c’est crade, mais en même temps, les guêpes sont déjà mortes : un problème en moins.

Le Grand Blond avec une Chaussure Noire est mon ami aussi: cet après-midi, je suis allé chez l’ostéopathe…avec les chaussettes de ma fille…ça c’est vu (remarque amusée mais appuyée du praticien). Bon, elles n’étaient pas roses Barbie avec des dessins débiles dessus (mes filles ne porteraient pas ça…bien que Lili-Puce le suggère parfois), mais la taille était passablement ridicule.

D’une certaine façon, je suis aussi pote avec Docteur Jones (Indiana pour les intimes): en ouvrant la porte d’entrée le mois dernier, un nid d’araignée avec tous ces petits bébés blancs m’est tombé sur la tête. Rhaaa beuuurk. Etonnement, je suis moins sensible aux bébés araignées qu’aux bébés panda, je les ai donc massacrées avec méthode et détermination. Oui certes, ce n’était point des mygales, chacun son style, mais de manière générale, moi, je n’aime pas les araignées (les comédies musicales françaises non plus mais vous le savez déjà).

 

Après, si on veut parler de malchance, je dirais que, somme toute, cette notion est très relative.

Pour paraphraser Lili-Puce : « En ce moment, tous les jours c’est pas mon jour ». Peut-être, mais…

…J’ai sans doute tout un tas de soucis débiles du matin au soir (pour vous donner un ordre d’idée, j’ai crevé six fois mes dix premières années de conduite…entre autre…la suite, risible, de mes tourments mécaniques est là :http://meremaispasque.blog4ever.com/-l-integrale, ou bien je perd mon temps à laver mon premier aspirateur avec mon second aspirateur puisque le sac à l’intérieur a encore explosé…), mais de vrais gros problèmes majeurs et terribles (même si on se traine tous des casseroles et des traumatismes plus ou moins profonds), pas plus que ça, alors, à choisir… et bien je continuerais de changer mes pneus autant de fois que nécessaire (et sous la pluie et en talons hauts s'il le faut...et oui, c'est du vécu).

Et paf, un proverbe allemand pour conclure : « Nul n’est plus chanceux que celui qui croit en sa chance »…et qui sait la reconnaitre aussi (et remercier de temps en temps...)

 

Et puis, finalement, j’ai de quoi être rassurée: je vois des trois partout (certains voient des nains)…

Ou plutôt des 33 ou même des 333. De deux choses l’une, soit j’ai focalisé dessus (comme le gars qui a une voiture neuve et qui la reconnait ensuite partout), soit il y a un « message » à prendre.

Tout a commencé à l’adolescence, lorsqu’en sortant de boite, plusieurs fois de suite, je suis rentrée chez moi à 3h33. Ensuite de quoi, les plaques d’immatriculation, les pages des livres, les rembobinages de films, etc, etc…rien de bien grave en fait.

Ça ne m’inquiète pas plus que cela non plus, il ne s’agit pas de 666.

333, ça fait un peu « Sainte trinité », c’est rassurant, je vous le disais. Personnellement, je le prends plutôt comme le symbole de « la voie du milieu », la troisième voie. Au-delà du blanc et du noir dit le Tao, moi je dirais spirituel ET rock’n roll, tout en se méfiant des extrêmes (ascétisme, puritanisme, martyr et excès de matérialisme…). Ou même, pour aller plus loin et pour citer Hermes (un pote à moi d’il y a longtemps, qui prenait des notes sur une table d’émeraude…à ne pas confondre avec la foret…) : « Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ». Pour bien visualiser la chose, plutôt que d’imaginer par exemple le bien d’un coté, détaché du mal, imaginez cela plutôt comme un bâton avec deux extrémités, celles-ci étant finalement faites du même bois, le point d’équilibre se trouvant juste entre les deux.

Quelqu’un a dit : « Le concept du juste milieu est valide uniquement si l’on en connait les deux extrêmes »…je prends note.

Rassurez-vous, en allant voir par simple curiosité sur le net, il se trouve que je ne suis pas la seule à voir des 33 partout, donc tout va bien…hein ?...et entre nous, on trouve n’importe quoi sur le net…(ces chroniques en sont une preuve ?...)

Et puis, pour quelqu’un qui fait des triptyques, ça se tient…voir même des triptyques de triptyques (oui, j’essaie de lancer un nouveau concept…) !

 

00planche9c.jpg

 

Pour en revenir à Hermes (non mais arrêtez avec vos carrés de soie  kitchs et hors de prix, je parle du Trismégiste, autrement dit « le 3 fois grand », autant vous dire que lui aussi abusait un peu avec le 3), si celui-ci est capable de résoudre certains mystères de l’univers, pensez-vous qu’il soit alors capable de résoudre le mystère de mes trois chaussettes (puisque « ce qui est en haut est comme ce qui est en bas », il n’y a donc pas de petits mystères, en vérité je vous le dis…). Pour bien vous expliquer mon tracas, je sorts mon linge de la machine et me retrouve donc avec trois chaussettes noirs (et non pas quatre, déjà c’est ballot), mais notez bien que sur les trois, pas une n’est semblable aux autres !!! Fichtre ! kèkcèkcessouk encore ?

 

IMG_7399web.jpg

Photo de l'ensemble des chaussettes retrouvées esseulées dans ma machine à laver. Réalisée sans trucage, autant dire que ça impressionne!


Il existe, sans aucun doute, un endroit dans l’univers peuplé de chaussettes célibataires cherchant leur âme soeur (sur un site internet dédié ?...The Socket Sister.com ?). S’il y a un créateur responsable de ce binz, on est en droit de se demander à qui et à quoi ça sert ?  (c’est comme pour la création des moustiques, taons, poux…et des comédies musicales françaises…A QUOI ÇA SERT ?)

 

 IMG_7056web.jpg

 

Tiens, une chaussette de plus retrouvée en rangeant la chambre de Lili-Puce : ma fille promène donc ces chaussettes une par une dans un petit panier…Mais pourquoi diantre ?...

Voilà, je vous laisse sur cette question métaphysique.

 

... et pour jeter un coup d'oeil à tous les autre triptyques, c'est par ici:

http://karine-chavas.blog4ever.com/photos/tryptique

 

 

 Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

.

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.



02/01/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres