chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Egalité-Fraternité-Truquité. 10-04-14/Chroniques d'une mère au foyer...

 

Le titre du jour nous vient d’une réflexion (peu profonde, j’ose espérer) de Princesse Fafa à propos des grandes valeurs de la France: elle sait bien que ça rime, mais les notions exactes lui échappent.

Est-ce si important, dites-nous, braves gens ?

Un peu de poésie c’est tellement plus joli

Que ces notions abstraites que tout le monde maltraite

…de toute manière ?!

A bas les phrases toutes faites et vive le vocabulaire aléatoire, la poésie et le surréalisme qui vont avec.

 

Alors par contre, étant en général pour l’idée du juste milieu, le décalage verbal et les jolies perles qu’il génère (genre, une réflexion de La Puce à sa sœur, à propos d’un barracuda : « Viens voir le plus TERRRIIIFIEUX des requins !!! »…le mariage d’affreux et terrifiant sans doute ; les filles ont une notion du mariage pour tous très large, aussi vaste que leur connaissance de la faune sous-marine d’ailleurs) est une chose (fin de la parenthèse donc), mais trop de remaniements tue le remaniement (message subliminal à notre gouvernement).

Ainsi donc, rangeant la maison (vaste programme), je suis tombé la dessus :

 

00IMG.jpg

« DARIBU DE LA PHEANT EST LES REVIEZS (c’est au pluriel, déjà, c’est sûr), DARYIPU (on notera la présence d’un Y et d’un I côte à côte, c’est fort osé) signé:Princesse Fafa. REPONT…………………..

…………………………………..

Alors, effectivement, personne n’a pris le temps de répondre ce qui n’est sans doute pas très sympa, et, en même temps, si on avait compris le message et donc la question, cela aurait sans aucun doute facilité cette vaste tâche !

J’ai tenté de lire cette chose là en phonétique : échec.

Il s’agit d’un message codé en fait ?...auquel cas ma fille est un génie pour son âge…hein que c’est codé (et que Fafa est un génie) ?!

Qui a dit non ?

On n’en sait rien de toute manière.

Heu oui, les dessins aussi sont pour le moins abscons et ne nous aident guère...

En tout cas, elle tente de communiquer et déjà, ça, c’est bien.

Hein que c’est bien ?...

 

 

Il y en a une autre qui essaie de communiquer: sa cadette de sœur.

Avec sa délicatesse habituelle, Lili-Puce préfère maintenant nous prévenir qu’elle va faire un truc cradingue : « Faisez attention, je vais roter !...Rhôôôô…1 fois ! ... … Rheuô…2 fois !... … Rhôrhôrh…3 FOIS !!!!! (sous-entendu : trop bien !!!) ».

Ha, elle met la barre haut, je vous le dis (en rots ou en délicatesse vous demandez-vous ?)

Le plus drôle c’est que j’ai récemment acheté, parce que je suis curieuse (qui a dit bizarre ?), un livre sur la chiromancie (montre-moi tes mains, je te dirais qui tu es) et bien, ma p’tite dame,  croyez-le ou pas, Lili-Puce a la forme typique de main des personnes délicates et raffinées !!!

Alors de deux choses l’une, sois nous parlons d’une raffinerie somme toute très relative ; soit, sa délicatesse, tout comme la beauté pour certaine personnes, est en fait très intérieure…SOIT (et de trois choses l’une alors), je suis super nulle en chiromancie !

 

IMG_4043c3.jpg

 Autoportrait (je vous laisse méditer la phrase*)

 

Suite des photos par ici (quelques nouveaux photomontages) : blog4ever.com/photos/mises-en-scane

 

Dernière info : en chiromancie, la forme des pouces est, parait-il primordiale…ce qui ne m’arrange guère : les miens sont pour le moins spéciaux, trapus et ronds avec une première phalange protubérante, appelés (fort injustement, je proteste, c’est vraiment n’importe quoi la « science » de la chiromancie !) « pouces du meurtrier » !!!!

Pour être exacte, et dixit l’auteur (Richard Webster), « ce pouce indique que la personne se montrera longtemps patiente et tolérante jusqu’à ce qu’une broutille fasse exploser sa colère, cette caractéristique étant à l’origine de la mauvaise réputation qu’a ce type de pouce. En fait, ce pouce est généralement héréditaire (JE CONFIRME : mon père a les mêmes !!!!...et il n’a tué personne…que je connaisse en tout cas…) »

Bon, tout ceci est rassurant… n’est-il pas (en franglais dans le texte) ?...

 

 

* dans la série "autoportrait du fond du garage", une nouvelle image, accompagnée d'un texte trouvé sur le net qui m'a particulièrement touché (j'étais à la recherche de tags...).
J'ai retrouvé le texte exacte, un poème de René Char:
RÉMANENCE :
De quoi souffres-tu ?
Comme si s’éveillait dans la maison sans bruit l’ascendant d’un visage qu’un aigre miroir semblait avoir figé. Comme si la haute lampe et son éclat abaissé sur une assiette aveugle, tu soulevais vers ta gorge serrée la table ancienne avec ses fruits.
Comme si tu revivais tes fugues dans la vapeur du matin à la rencontre de la révolte tant chérie, elle qui su, mieux que toute tendresse, te secourir et t’élever.
Comme si tu condamnais, tandis que ton amour dort, le portail souverain et le chemin qui y conduit.
De quoi souffres-tu ?
De l’irréel intact dans le réel dévasté ?
De leurs détours aventurés, cerclés d’appel et de sang ?
De ce qui fut choisi et ne fut pas touché ?
De la rive du bon au rivage gagné ?
Du présent irréfléchi qui disparaît ?
D’une étoile qui s’est la folle, rapprochée et qui va mourir avant moi ?

 

Sur ce…

 

 

 Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

.

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.



10/04/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres