chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Questions ontologiques (existentielles quoi…enfin presque…). 25-01-15

 

« Maman c’est quoi déjà la mémoire parce que je m’en souviens plus ? … »

Lili-Puce, il me semble que la réponse est en partie dans la question…Maintenant, la formule est très joliment tournée (digne d’un Alzheimer) quoiqu’un peu inquiétante (tu n’as somme toute que sept ans et censée savoir ce qu’il en est…)

Et en même temps, on a connu pire comme question.

Ainsi, pas plus tard que je ne sais plus quand, elle nous demandait : « Ce soir, on regarde barilidebrodro ? » Que répondre à cela ? Tenter de décrypter (il y a un code, c’est sûr)…Mais en fait, en écoutant bien, ça me rappelle vaguement quelque chose… … … Marylin Monroe !!!...Et non, elle n’était pas enrhubée, elle n’avait juste qu’une vague idée de la consonance. Elle essaie de communiquer quoi.

Autre question à la ronde à propos d’un horoscope chinois : le signe du cheval serait impulsif.

Lili-Puce : ça veut dire quoi impulsif ?

Sa sœur : Ben sept ! Un plus six ça fait sept !

Sans commentaires…dialogue de sourds...

 

Alors parfois aussi, c’est moi qui pose les questions.

Pour exemple  (Lili-Puce sort de la douche dans le couloir) : « Mais pourquoi t’es encore toute nue ? » Réponse pleine de bon sens de ma môme : « Ben j’ai mis ma culottes…et puis je l’ai enlevée ! »…à question idiote…

 

Alors qu’elle rentrait de sa semaine de CP avec un point rouge, j’ai osé lui demander pourquoi. Explication de l’intéressée : « c’est parce que j’ai joué avec les pieds de Jules* ». Parfois, on n’a pas forcément envie de savoir la réponse exacte (penser à ne pas lui demander pourquoi elle rentrera si tard lorsqu’elle aura 15 ans...)

*Oui, le prénom a été changé pour éviter toute problématique avec les parents du garçon en question (celui qui, entre nous, laisse trainer ses pieds n'importe où !...)

 

En même temps, je me demande si elle n’a pas un problème un peu général avec ses collègues de bureau. Ainsi, comme je savais qu’elle venait de changer de place à l’école, je lui demandais à coté de qui elle était maintenant assise :

Elle : de Matéo (ai aussi changé le prénom, veux pas d’embrouilles)

Moi : et il est gentil Matéo ?

Elle : pfff, il me demande toujours de lui gratter le dos…

Moi : ???!!!...

Bon ben tant qu’on s’en tient au dos…

 

En parlant de « gratter », je coupais récemment les ongles à la chair de ma chair (oui, j’ai horreur de cette expression, mais il me faut plein de synonymes puisque ces chroniques tournent un peu en boucle autour des mêmes sujets). Je lui faisais alors remarquer que : « Rhâââ, beuuuurk, cet ongle-là est vraiment dégoutant. Qu’est-ce que tu as bien pu faire avec ? »…Oui, là vous vous doutez que j’aurais, encore une fois dû m’abstenir de poser une telle question. Réponse donc de ma fillote : « Ben je me suis gratté la tête avec »… Ok, sur ce coup-là, j'aurais aussi préféré ne pas savoir...

Tout de même, cela me rappelle une blague de Coluche, que j’aimais beaucoup à l’époque (avant de savoir que ma gosse allait mettre en pratique) : deux mendiants discutent. Il y en a un qui dit à l’autre « dis-donc, t’as les ongles vraiment crades, comment c’est possible, tu fais quoi avec ? » L’autre : « Ben j’me gratte ».

Vous remarquerez que pour faire plus original, ma fille a rajouté « la tête », mais entre nous, ça reste tout aussi cradingue.

Tiens, ça me rappelle que lorsqu’elle était toute petite, je me demandais toujours quelle pouvait être la source d’anticorps qu’avait Princesse-Fafa pour ne jamais tomber malade (alors qu’on tombait comme des mouches autour d’elle), elle qui semble si frêle. Et bien j’ai fini par trouver : elle se grattait les pieds, bien minutieusement entre chaque orteils pour bien nettoyer, puis s’endormait avec ses doigts dans la bouche. Dans la famille cracra, je demande la sœur…

 

Bon, en même temps, on fait tous des choses un peu crades dans la vie (si, si, cherchez bien, vous en trouverez…non, je ne vous raconterais pas les miennes…comme si j’aimais raconter ma vie sur ce blog…), et ce n’est pas si grave.

 

Par exemple, il est tout à fait possible de faire des photos de trucs cracras, et finalement, de leur trouver une forme de beauté :

 

Sans titre-1.jpg


Car oui, un tas de pneus possède lui aussi une part de poésie (ou de beauté, ou de mystère...) insoupçonnée...

Je vous laisse méditer la dessus...(sur le tas de pneus donc).

 

Plus d'images visibles sur le site: blog4ever.com/photos/tryptique

 

Et pour plus d'infos, n'hésitez pas à visiter la page facebook du site: https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699?fref=ts

 

 

Chronique précédente: http://meremaispasque.blog4ever.com/soyons-gais-mais-ne-soyons-pas-dupes-12-01-15-chroniques-d-une-mere-au-foyer

 

 

 

 

CHRONIQUES D'UNE MERE AU FOYER MAIS PAS QUE...déménage. Article aussi lisible ici: http://meresmaispasque.blogspot.fr/2015/04/questions-ontologiques-existentielles.html



26/01/2015
4 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres