chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Nouille comme une patate. 09-02-2014/Chroniques d'une mère au foyer...

 

Parce qu’on a parfois l’envie d’y croire, Mon’Homme rentrant du bureau le soir, est enthousiaste car, il le dit lui-même : « Hummm, ça sent bon le gâteau ! »…sauf que non, c’est de la pâte à sel (œuvres, oh grandioses, de mes fillotes) qui cuit au four…Bien tenté tout de même.

Allez, un jour, promis, je prendrais sur moi et ferais un gâteau pour de vrai, un qui sent bon aussi et met du baume au cœur.

Ça me fait penser que je connais des MAF (mères au foyer donc) qui me racontaient que elles, quand elles ont besoin de se calmer, ben elles font un gâteau … Comment vous dire ?...Moi, faire un gâteau, ça ne me calme pas, ça m’énerve plutôt. D’abord, j’ai des choses plus importantes à faire (blogguer par exemple ?),pis de toute manière, les miens, ils sont cramés à l’extérieur et pas cuits à l’intérieur…oui, je sais, c’est tout un art.

Bon je ne suis pas une maman-gâteau; définitivement.

Serais-je une maman-photo ?... (Ça existe ?) 

 

Bon, on ne peut pas être doué pour tout par contre, les filles (oui, les gars, logiquement, vous devriez vous sentir moins concernés…quoique, si vous retenez ça, sans aucun doute vous gagnerez des points auprès de votre douce), sachez que I GOT THE TRUC QUI MARCHE A TOUS LES COUPS et non des moindres, car oui, je sais que cela est déjà arrivé à certaines d’entre vous  (ne niez pas, j’ai des noms), j’ai enfin l’astuce  pour faire tenir, et pour de bons, des Dim Up (pour les incultes, le bas auto fixant, sans jarretelle), ceux qui vous tombent toujours sur les chevilles à un moment ou un autre (en général, donc, au moment inopportun…du coup vous avez renoncé à en mettre) !!!

Mais si, cela mérite bien deux ou trois points d’exclamation, car, pour celles qui, comme moi, ont connu ce moment de solitude  où on sent que le truc commence à glisser, qu’on est partit visiter une expo ou un truc idiot du genre (car, quand le collant glisse, autour de vous, tout perd son attrait et son sens, seul compte alors de ne pas perdre totalement la face, à défaut des bas, donc), vous savez qu’alors, seules deux solutions se présentent. La première, marcher comme un pingouin, les bras bien près du corps, pour retenir l’air de rien et du bout des doigts, ces bas qui foutent le camp. Surtout, ne rencontrer personne de sa connaissance car il faudrait alors serrer la main, chose impensable et pas même imaginable (vous avez votre dignité tout de même, vous tendrez le coude...ou l’oreille). Pour ceux qui croient qu’un Dim Up, lorsqu’il glisse, plisse juste un peu, je dirais que nenni, dans ces cas là, il se tasse en quelques secondes sur les chevilles, tel un petit tas de linge sale ! Donc, deuxième choix, les enlever définitivement. Or, on est en hiver, vous avez mis une jupe avec des bottes; sans collant, comment dire…ce serait finalement encore pire en matière de look que la démarche pingouin (d’autant que ça pèle un peu).

Voici donc, l’astuce, trouvée car j’ai eut l’obligation de porter des bas de contention récemment (qui a dit « c’est pas glamour » ?), et figurez-vous qu’aujourd’hui, ben ces bas là ils existent en Dim Up ! Sauf, qu’avec moi, vous l’avez compris, ça ne tient pas plus que ça. J’ai donc visité quelques forums à ce sujet; passionnant n’est-ce-pas (oui, non, mais c’était pour ma santé !) et fini par trouvé un truc qui m’a interpellé : de l’avis de toutes, ces bas là ne tiennent pas bien sur la peau sèche, et de l’avis d’une demoiselle, il suffirait de bavouiller sur la bande caoutchoutée, telle la ventouse pénible du GPS, pour qu’elle tienne définitivement. J’ai donc noté le truc et essayé illico.

Sauf que, baver sur une ventouse, c’est une chose, baver sur deux bandes de 10 par 50cm, s’en est une autre (c’est cracra, pis j’avais plus assez de salive moi). J’ai donc tenté tout simplement d’humidifier les bandes à l’eau du robinet :ÇA MARCHE !!! Ils ont tenu toute la journée, pis aussi le lendemain, pis le surlendemain…ouaiii, trop bieeen !

Un problème en moins, tiens ! (Non mais j’ai aussi des problèmes plus graves dans la vie…mais pas toujours les solutions… alors que là…)

 

Ainsi, pour bien comprendre se qu’on ressent en publique, avec un Dim Up qui se fait la malle, et pour paraphraser Lili-Puce, et bien, « on se sent nouille comme une patate ! »

Mais si.

Comme, du coup, entendant l’expression pour la première fois dans la bouche de ma fille, je lui demande :

- Pourquoi une patate ? C’est nouille les patates ?

Sa réponse pleine de bon sens :

- Ben oui, ça se fait manger tout le temps à la fin !!!

Pleine de bon sens, je vous le disais bien !

 

On remarquera, pour les lecteurs assidus de ces chroniques, que la puce, qui prenait en général référence sur les saucisses pour ces expressions fantasques ( Je roule comme une saucisse – Maman, tu es belle comme une saucisse – Oh, tu as la peau douce…comme une saucisse – etc, etc…) a choisi ici la patate. Aurait-elle une trop haute opinion des saucisses (qui se font pourtant elles aussi manger à la fin, diantre !)  pour changer ainsi de filon ? Le mystère reste complet. Bon, en même temps, saucisse/patate, on sent tout de même une certaine cohérence !

Tiens, ça me fait penser à un truc très bizarre (elle devait avoir quatre ans) qu’elle avait écrit sur un de ses dessins : München (MUNICH en Allemand donc) ! Avec, déjà, son gout prononcé pour les patates/saucisses, et son léger accent nordique, soutenu par des consonnes ma foi appuyées : « Che fais faire PiPi !… » par exemple, mon cœur avait fait un bon dans ma poitrine. D’où qu’elle sort ça encore ???!!! Elle n’a que quatre ans tout de même (et nous ne sommes pas d’origine allemande) ?!

Une vie antérieure qui expliquerait les saucisses et tout le reste ?...Bon, en fait non, elle avait juste recopié, au tréma près, ce qui était écrit sur le verre de bière posé près d'elle sur la table* ! Ok, dans un sens, je préfère !

 

IMG_0733.jpg

 

Une photo de Lili-Puce, n’ayant pas bu de bière, mais qui avait elle aussi demandé sa séance de pose avec sa mère photographe…autant vous dire que le mot « pose » ne convient guère !...

La suite des photos par là : blog4ever.com/photos/gamines

Ou même par ici (des portraits...): blog4ever.com/photos/portraits-studio

 

* Oups, en relisant ce texte, je me rends compte que dit ainsi, il semblerait que Lili-Puce s'abreuve de bière lorsqu'elle dessine. Que nenni encore une fois ! Il s'agit en fait de mon verre à moi, on est bien d'accord, que je remplis d'eau en fait, car je peux ainsi en boire plus à la fois que dans un verre lambda. Bon, parfois, il y a bien de la bière dedans (ça sert à ça aussi), mais la puce n'en boit guère (elle a décidé qu'elle n'aimait pas l'odeur...pourvu que ça dur...).

 

 

 Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

 

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.

 



10/02/2014
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres