chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Le temps et rien d’autre. 08-10-13

 

Sur un air de C.Aznavour…

Effectivement, j’ai un problème, je crois bien que je t’aime (on avait dit Aznavour, pas Johnny…)…même si, lecteur assidu, je t’aime bien, là n’est pas le propos.

Je reprends donc: j’ai effectivement quelques soucis de santé (aphtes et autres infections chroniques pénibles…de suite, on voit la fille qu’a vécu des trucs super durs), quelques soucis informatiques (j’ai le don de griller, entre autre, les barrettes mémoire de l’ordi si je m’approche de trop près…on a les dons qu’on peut…) et quelques soucis métaphysiques (si Dieu existe, pourquoi passe-t-il son temps à cacher mes clés, ça l’amuse ou quoi ?...). Bref, j’ai des problèmes de riches comme on dit … et en même temps, pour les clés, j'insiste, j’aimerais bien les retrouver: ça ne ferait pas avancer l’humanité mais moi, je gagnerais un temps précieux.

Justement, nous y voilà: LE TEMPS !

Non mais à quoi il joue celui-là  ? L’est fou ou quoi ? On court tout le temps derrière, il nous attend jamais, IL N’EST JAMAIS  LA QUAND ON EN  BESOIN DE LUI (c'est à dire plus ou moins tout le temps, justement) ?

Bon, pour sa décharge, il est vrai que de manière générale, on en veut toujours plus, et même si les indonésiens ont un terme pour expliquer la notion du « temps élastique: Jam karet » (savoir laisser la place à l’imprévu), ici, dans notre occident bien speed, l’imprévu tourne souvent au mini-drame.

 

Soyons concret, prenons un exemple: jeudi dernier, miracle, les filles et moi sommes prêtes, oh bien deux bonnes minutes avant l’heure de partir à l’école. C’est merveilleux, déstressant, revigorant, enivrant… effroyable : je viens de me rendre compte qu’ON EST JEUDI, et, c’est ballot mais le jeudi, il y a sport…et pour chacune de mes deux filles…et vous croyez que l’une ou l’autre me l’aurait rappelé ?!!!!!...(non mais à quoi ça sert d’en avoir fait deux d’enfant si l’une ne rattrape pas l’autre qui ne rattrape pas sa propre mère ?...)

Il faut donc enlever manteaux/chaussures, pis entièrement se changer, pis s’attacher les cheveux, pis ne pas s’énerver, pis faire ça fissa. La grande est plutôt prompte, c’est déjà ça. La petite patiente: survêtement introuvable, et pour cause, il est dans le linge à repasser (bon, au moins il est propre). J’aime tant le repassage au petit matin, juste avant l’école, ça détend, c’est charmant, c’est distrayant… « Bon, vous vous attacherez les cheveux dans la voiture. » Il est important d’apprendre à ces enfants quelques gestes simple d’autonomie (ça ne ressemblera à rien, z’auront des bosses sur la tête, mais en même temps, comme je suis nulle en coiffure…)

Ça, c’était pour LE JOUR OU ON ETAIT EN AVANCE.

 

Passons au jour où j’ai voulu me reposer vingt minutes.

Alors oui, je sais, c’était sans doute présomptueux de ma part, mais quand même, j’en avais envie.

Dimanche soir, 17h30, après un week-end bien rempli (ménage, activités des filles, devoirs, ménage, repassage, devoirs, jardinage et pas qu’un peu, courses…) je décide donc de m’allonger un moment dans le hamac (après avoir dû réinstaller toutes les cordes et les crochets que les filles avaient pris pour jouer…rhaaa, ça m’énerve, ça m’énerve).

Tabatha-Le Chat se ramène: elle miaule sévèrement (elle qu’on n’entend jamais) et, joie suprême, elle boite. Bon, il faut étudier la question (elle a surtout l’air de s’être fait piquer la patte, mais ça me prend trois plombe pour vérifier vu qu’elle ne se laisse pas faire la bestiole, sinon ce serait trop simple).

Ça y est -une demi-heure plus tard- je suis allongée, un livre entre les mains ! Je suis bien. Oh quoi, trois bonnes minutes après (plus ou moins hein), il se met à tomber des gouttes (ha là non, je m’y oppose fermement), la prudence voudrais donc que je me relève pour rentrer mon linge (d’autant que ça mouille aussi mon bouquin).

Une fois le linge rangé, je me rends compte que j’ai des coups de fils à passer pour organiser, entre autre, les cours que je dois donner tantôt.

Une fois le téléphone raccroché, ben il est 19h passé, devinez-quoi, l’heure de faire le repas.

J’ai presque envie de pleurer (mais tout de même, j’ai ma dignité, il y a des choses pires dans la vie que de ne pas pouvoir aller dans son hamac… et en même temps, je cherche...je ne trouve pas...).

 

En parlant du fait qu’on n’a pas toujours le temps de tout faire, je me suis rendu compte, il y a peu, que j’ai complètement oublié d’apprendre à ma cadette à lacer ces lacets, chose qui pourrait tout de même lui servir dans la vie (l’aura l’air moins gourde quoi).

Cela fait bien deux ou trois semaines que régulièrement, pendant les devoirs ou une activité quelconque je lui dis, fermement : « Après ça, je t’apprends à faire tes lacets », sauf que, sitôt dit/sitôt oublié, je m’en vais faire la pitance ou changer des draps et/ou autre tache, non pas débilisante  mais plutôt insatisfaisante, du quotidien.

 

Bref, je n’ai pas le temps.

 

Du coup, je suis tombée sur un très excellent article ici (à lire vraiment…et puis à partager sur facebook  puisque c’est ce qu'on fait aujourd'hui):

http://yahoo.mamantravaille.fr/maman_travaille/2012/07/ch%C3%A8re-coco-chanel.html

 …article qui m’a vraiment touchée étant moi-même du genre à chercher et à tayloriser la moindre petite minute pour mes passions premières (faire des images entre autre), forcément, mettre du mascara ne rentre pas dans l’emploi du temps serré (...me fait penser que mon mascara doit avoir cinq ou six ans, devrais-je songer à en changer ?). Mettre du rouge à lèvre à la rigueur (appliqué pendant que je conduis sur le chemin sinueux de l’école, autant vous dire que c’est dangereux, limite "Le Salaire de la peur", et que le rendu final est un peu olé-olé). J’étais aussi de celles qui vont chercher leurs gosses avec des taches de peinture sur la face (la mienne, pas la leur) parce que je profitais de la dernière minute pour finir une toile (du temps où je peignais, et où je me grattais aussi…d’où taches. Tiens savez-vous d’ailleurs comment est mort le Capitaine Crochet ? Ben, en se grattant. Du coup, j'ai arrêté, de peindre, pas de me gratter, faut suivre aussi.).

 

…Me fait penser que je prendrais bien un bain aussi…un jour…(non mais je prends le temps de faire des douches tout de même…mais ce n’est pas pareil).

 

 IMG_7485.jpg

 

Il n’y a bien qu’en photo qu’on peu parler de vitesse lente…

La suite ici : /blog/photos-cat-354130-1948751777-spectacul_art_.html

...on est d'accord, la photo a perdu ses couleurs saturées et son contraste une fois insérée sur ce site...non, je ne sais pas pourquoi...les mystères de l'informatique...

 

 

 

 Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

 

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.

 



10/10/2013
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres