chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Dans le gruyère, y'a des trous... 17-04-2012.

 

Dans le gruyère, il y a des trous. Plus il y a de gruyère, plus il y a de trous, mais, plus il y a de trous, moins il y a de gruyère…Donc, plus il y a de gruyère, moins il y a de gruyère.

Cette formule est référencée dans wikipédia comme le paradoxe du fromage à trou…si wikipédia n’existait pas…

 

Pour aller un peu plus loin, et pour vous démontrer que ma marmaille intègre vite les maximes absurdes, Lili-Puce nous a demandé, solennellement, hier soir, entre le fromage et la poire (chez nous, c’est dans cet ordre là): « Maman, tu me donnes un trou… s’iiiil te plaiiiit… »

Demandé comme cela, ça ne peut pas se refuser.

Comment vous dire, le concept du trou dans le fromage, chez elle, va très loin: C’est ce qu’elle préfère manger ! Tu m’étonnes qu’avec ça, elle ait toujours faim (pour vous situer, Averell est son deuxième prénom)!!! Et dernièrement, et survoltée avec ça, elle s’est écrié, brandissant fièrement ça tranche de Leerdamer pour preuve : « Regardez, un troupeau de trous !!! »

Et j’ai la preuve en image (et oui, je n’ai rien d’autre à faire dans la vie que de prendre des tranches de fromage en photo-quelle misère la vie de mère au foyer) :

 

 

 

Tant qu’à parler de trous, sujet oh combien captivant, voici une petite histoire que je raconte parfois à mes filles, juste pour voir si elles la comprennent(résultat : bide total !):

C’est un camion de l’armée qui transporte des trous. A un moment, passant sur un nid de poule, l'un des trous tombe. Un des gars à l’arrière du camion le signale au chauffeur, qui recule pour le récupérer, et le camion… tombe dans le trou…

 

Histoire de rester au fond du trou, voici une nouvelle méthode pour passer pour complètement ridicule, aux yeux d’ouvriers fort et costauds (on aura peut-être tous son quart d’heure de gloire, mais en tout cas, on a tous aussi de longs, multiples et pénibles instants d’opprobre): creuser un trou devant eux, pour chercher cette saleté de p… de m… de raccord au tout à l’égout qui existe MAIS n’apparait pas sur nos plans. On avait déjà creusé un peu partout tout le week-end, en vain, obligée de trouver le lundi matin (pour une fois qu’on a des ouvriers en avance sur les travaux). Bref, ils ont du bien rigoler en me voyant pelleter trois pauvres mottes de terre à la fois. Il n’empêche que je l’ai trouvé mon raccord !

Et là, je crois qu’on a fait plus ou moins le tour sur le sujet du trou.

Passionnant, fascinant, exaltant, n’est ce pas ! (j’avais aussi enthousiasmant, palpitant, électrisant, galvanisant…mais ça faisait trop).

 

En fait, pour être exacte, et pour bien comprendre comment se passent, chez nous, les travaux (j’en avais déjà parlé dans une chronique sur le jardinage), on utilise, car nous n’avons pas le choix, car pas de plans fiables de notre maison (et puis c'est amusant), des baguettes de sourciers.

Résultat, comme vous l’avez lu un peu plus haut: ce n’est pas fiable à 100% …quand on ne sait pas bien s’en servir… Il y a un moment, plutôt que de chercher de l’eau (ou autre) aux baguettes pas si magiques que ça quand on n’est pas bien doué, il vaut mieux utiliser tout bêtement l’huile de coude…et creuser…un peu partout…Trop bien !...

En même temps, je n’ai pas besoin de m’abonner à un club de sport comme beaucoup d’autres mère au foyer : c’est toujours ça d’économisé !

 

Alors, la baguette de sourcier, dans l'absolu, c’est très simple: prenez deux baguettes de soudure en laiton d’environ 30 à 40 cm et pliez le bout à 45° pour pouvoir les pendre en main (sans serrer). Poser leur la question magique: "de l’eau ?" Si elles se croisent pendant que vous avancez en posant la question (et non, vous n’avez pas l’air débile comme ça à parler tout seul) c’est gagné ! Enfin presque toujours. Enfin presque… Bon, dans l’absolu, c’est un jeu d’enfant au point que les filles nous les piquent régulièrement en arpentant le jardin avec, et en s’écriant « DE L'EAU ! » tous les trois mètres, pour retrouver où on a enterré notre arrosage automatique ! Elles sont marrantes ! Et en plus, elles trouvent vraiment au bon endroit !!!

De mon coté, je leur reprends et cherche où peut se trouver une chipie dans la maison: les baguettes se croisent au dessus de la tête de Lili-Puce !!! Finalement, ça fonctionne bien ces trucs !

Bon, en fait, et pour résumer, les baguettes en laiton, ça se croise tout seul juste quand on a décidé que ça se croiserait. Du coup, pour trouver quelque chose, lorsqu’on a déjà une idée préconçue, ben ça ne marche pas !

Vous avez des doutes ? Essayez par vous-même : c’est marrant et ça ne coûte presque rien !

 

 

Pour en revenir aux trous…

 

 

Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

 

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.

 



17/04/2012
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres