chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- La coqueluche du quartier. 07-05-2013

 

J’ai donc décidé, via cette chronique, de tenter de dédramatiser la chose: j’ai actuellement 39 ans (non, ce n’est pas ça qui est grave) et je viens donc tout juste d’attraper la coqueluche !

Si, c’est possible: par l’intermédiaire de ma fille, qui elle, est bien vaccinée MAIS l’a chopé quand même, de manière atténuée dira-t-on et c’est déjà ça de bien, car pour être honnête, C’EST ABSOLUMENT N’IMPORTE  QUOI  CETTE MALADIE !!!

Pour résumer, ça fait déjà un mois que ça dure, dont la moitié à suffoquer toutes les nuits en se demandant à quel moment exactement l’air va revenir...ou pas (quand je vous dis que c’est flippant). Heureusement, personnellement, il me reste tout un tas de choses absolument passionnantes et ébouriffantes (au moins) à faire, j’ai donc décidé de ne pas mourir là tout de suite, et, ainsi, d’arriver à retrouver à chaque fois un peu d’air au moment où ça devenait critique. Tout de même, on comprend à ces moments là que les enfants en bas âge puissent décéder !

Du coup, j’en ai aussi profité pour me fêler quelques cotes. Oui, les quintes de toux sont pour le moins violentes ! D’abord à gauche. J’ai relativisé (je suis droitière, j’arrivais encore à peu près à conduire, manger, blogguer…), et puis à droite : baisse de moral sur ce coup là.

Alors, la coqueluche, déjà, en soi, vous l’aurez compris, c’est pénible (oui, je sais, j’ai mis plein de virgules partout, mais je m’en fou, je suis malade, je fais ce que je veux, ça me console).

De la même manière, des cotes fêlées, c’est particulièrement déplorable (essayiez de dormir avec ça, c’est bien simple: vous ne pouvez pas).

MAIS, l’un dans l’autre, cotes fêlées et coqueluche, franchement…je ne trouve pas les mots: … fait troooop maaaal... Bref, IL VA FALLOIR QUE ÇA CESSE !

 

Alors, il y en a qui choisissent d’avoir un nénuphar dans les poumons (Chloé dans l’écume des jours pour les incultes), c’est à la mode en ce moment. C’est vrai que c’est plus poétique. Bon, par contre, cela semble encore plus mortel comme truc. Moralité: je m'en sors bien.

Tiens, un détail qui ne trompe pas sur le fait que c’est encore pire la nuit que le jour: en vous levant le matin, vous avez aussi mal à la mâchoire. Et oui, vous avez serré les dents toute la nuit !

 

Je passe donc une bonne partie de mes nuits en enfer, sauf que c’est sans Georges Clooney, ce qui est bien dommage: ça m'aurait atténué un peu le problème ! Pour ceux qui auraient décroché, je faisais allusion au film  de Rodriguez  « Une nuit en enfer », scénario de Tarentino, avec George presque tout jeune dedans/son premier rôle au cinéma/rhalala, m’a fait rêver lui…bon, le film, est pour le moins violent…mais la coqueluche aussi, vous en conviendrez !...

Pour vous situer côté douleur, depuis peu, ça correspondrait plus ou moins à un accouchement par les reins. Ça aussi j’ai testé: c’était mon premier accouchement, je me demandais si le niveau de souffrance était normal, j’ai donc tenté de tenir le plus longtemps possible (comme conseillé par la sage femme: tu parles d’un conseil !!!), une dizaine d’heure donc; ensuite de quoi j’aurais vendu père et mère et frère et poisson rouge pour une péridurale. Messieurs, vous n’accoucherez ni par les reins ni par ailleurs, imaginez alors un petit couteau qu’on vous planterait dans les côtes, remuez un peu pour simuler les quintes de toux, ça vous donnera une idée…

 

Bref, comme le résumait fort bien Lili-Puce récemment, suite à tout un tas d’effets secondaires déplorables dus à son allergie aux pollens (nez morveux, yeux collés, oreilles et gorge fort irritées…) et suite au fait que je lui faisait remarquer avec beaucoup de compassion que ce jour là, ce n’était vraiment pas son jour, de me rétorquer: « EN CE MOMENT, TOUS LES JOURS C’EST PAS MON JOUR !!! … »

Oh que c’est bien dit ça !

 

Grippe en hiver, coqueluche au printemps…moi je vous le dit: vivement l’été !

Pour les petits curieux, voici l’explication de l’expression utilisée dans le titre :

http://www.32secondes.fr/2011/05/16/expression-etre-la-coqueluche/

 

…Et sinon, vous, ça va (la crise, la récession, la météo toute nase...ha ! le joli mois de mai) ?

 

 

La coqueluche, je vous le dit, c’est la misère.

La suite des photos (devant/derrière l’objectif…oui, c’est du boulot…), est par là :

blog/photos-cat-354130-1948751114-mises_en_scene_.html

Le thème du jour: flous artistiques (au sens premier…enfin, j’espère…)

 

Je donne l'impression de souffrir sur cette image, en vérité, j'étais juste en train de me recoiffer: comme quoi, on fait vraiment dire ce que l'on veut à une image. Restons donc vigilent: sachons regarder sans être dupes...

 

 

 

 Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

.

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.




08/05/2013
2 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres