chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Libres expressions. (mots d'enfant) 20-02-2012.

 

Comment vous dire ? Coté élocution/Lili-Puce, on rame encore un peu…par contre, on rigole bien.

Ça donne donc à peu près ça :

 

Lili-Puce joue au centre équestre avec Princesse-Fafa. Elle est désespérée, s’énerve, au bord des larmes…elle l’a déjà répété 5 ou 6 fois, en vain, à sa sœur qui tente de l’aider (tout en étant morte de rire): « Moi je joue avec des chovos chovages !!! Naon, des seveaux sevages...J’ARRIVE PAS A LE DIRE… bouh!… ». Bref, elle joue avec des chevaux sauvages…pas facile tous les jours…

 

Le problème, c’est que la liste des mots maudits est longue.

Prenons le mot « barbecue » par exemple.

Lili-Puce: « Chouette, Dimanche on fera un barbieu-cou…rhaaa, non, un barbe-couille… » Hou-là, pas mieux !

 

Lili-Puce à sa soeur: "Hey, Fafa, regarde mon oeil...mais non, mon autre neuille !..."

 

Déclaration à table: "J...c'est mon amoureux, et G... aussi, et puis j'ai aussi les deux jumeaux (tant qu'à faire)...comment ils s'appellent déjà ?...Je leur demanderais...ha oui, Axlex...heu non, Axchel et Shasha ! Rha, non, Aclex et shassa...pfff..." ...Alex et Sasha, donc. L'amour et ses contrariétés, encore une fois...

 

Et puis parfois, on cumule : élocution douteuse/sens de la phrase mystérieuse. Qu’est-ce que vous comprenez, vous à ça: « Ze boyais ta l’envers ! ». Alors, elle buvait à l’envers certes, mais c’est quoi la technique exacte pour boire ainsi ?

Bon, dans l’absolu, elle ne manque pas de jugeote. A la proposition: « Ce week-end, on pourrait tenter d’aller à la patinoire » … sauf que finalement non: Lili-Puce est trop petite. Bref, cette dernière nous demande: « Ben pourquoi on dit patinoire ? Elle est blanche, non ?! » Voilà, la prochaine fois, on n’aura qu’à aller à la patiblanche et montrer patte noire.

 

Elle a des expressions charmantes et chantantes aussi (mais sans doute est-ce à la mode dans les cours de récréation…demande confirmation…). Ainsi, alors qu’elle était terrifié, devant la télé, par un tigre qui allait avaler tout cru … le chien des Barbapapas, je l’entends crier toute tremblotante : « Ho Ma-mia Cocacola !... » (elle a des origines italiennes, ceci explique sans doute cela).

 

Bon, il lui arrive aussi de toucher le fond. Ainsi, à l’heure du couché, assise sur son lit, elle gémit : « Je suis trooop fatiguééée ... ». Sa mère: « Tu es trop fatiguée ?…pour te coucher ?!!! » Elle confirme. Nous voici donc devant un nouveau paradigme : ne pas pouvoir se reposer car plus la force de se reposer.

Quoiqu’on ait vu encore pire, suite à une double otite et quatre jours de fièvre à 39/40°C : pour sortir de son lit et venir déjeuner, on l’a vue ramper par terre, de sa chambre au salon ! Oui alors là, effectivement, elle a besoin d’aide, et d’un gros câlin aussi sans doute. Mamia Cocacola comme elle dirait !

 

z2-planche2b.jpg

 

Autre animal rampant.

D'autres bestioles à voir par là: blog/photos-cat-354130-1948682151-noir_et_blanc.html

 

 

 

Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

 

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.

 

 



21/02/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres