chroniques (en)caustiques

chroniques (en)caustiques

- Projet Gwada. 18-12-12 (pour de vrai, ça date de Février).

 

Ce n’est pas tout d’avoir de la famille aux Antilles, on se sent forcément obligé d’y aller.

Nous voilà donc parti (aux miles d'Air France, on dit merci), les valises pleines de cadeaux et Lili-Puce purulente. La conjonctivite (allergie aux cyprès déclarée la veille)   déborde de ses yeux, son teint est cadavérique, le nez coule, grave, et ses cernes lui permettraient d’obtenir n’importe quel rôle dans un film de Tim Burton ! Bref, elle fait peur :

 

 

Ca, c'était l'année d'avant, mais, ça donne une idée...

 
 Tiens, elle avait une otite aussi, la routine quoi, mais pour prendre l’avion ça craint !!! (guérie 12h plus tôt).

Arrivés à l’aéroport, Mon’Homme nous dépose avec le gros des bagages et part garer la voiture fort, fort loin (parking économique).

Nous  attendons donc pas loin de l’entrée, le tableau affichant la porte d’embarquement à quelques mètres : il n’y a pas grand monde. Nous attendons…nous attendons… nous attendons…Il arrive enfin, tout essoufflé (problème de navette absente) et, nouille que je suis, on se rend compte qu’on n’attendais pas du tout au bon endroit !

Il y a foule en fait et plus beaucoup de temps ET…Mon ‘Homme a oublié un sac dans la voiture: celui des médocs de la puce (entre autre) !!!

Arrivés enfin au comptoir, on parlemente sur le temps nécessaire et restant pour le récupérer, ce sac. D’après l’hôtesse, c’est cuit MAIS, j’insiste, lourdement.

Mon’Homme repart au pas de charge.

Nous en profitons donc pour enregistrer les valises. Re-pas d’bol (re-nouille que je suis), la seule bien solide, celle où j’ai mit tous les cadeaux fragiles, est trop lourde. Il faut équilibrer avec les autres (4 kg à transférer).

Bien sûr, c’est LA valise qui ne ferme pas et que j’ai donc bouclée à grand renfort de scotch !

Faut tout défaire et transférer dans la dernière restante (le reste étant déjà enregistré), celle qui est donc toute molle !

C’est très long à défaire. Prise par le temps, je transfère ce qui est le plus lourd : les bouteilles de vins (dans la valise molle, donc) ! ‘Toute manière, on n’a plus le temps de faire autrement. On enregistre.

 

Les filles, c’est bien connu, ça fait pipi tout le temps. D’après l’hôtesse, on a tout de même le temps d’aller aux toilettes avant d’embarquer. Il y a foule mais les filles insistes bruyamment…

On arrive donc, en courant, dans l’avion: Mon’Homme avait eut le temps de récupérer le sac, d’enregistrer, d’embarquer, de pas nous voir, de ressortir, de faire un appel (‘toute manière, on n’entend rien dans les toilettes) et d’angoisser.

Bon, en même temps, on n’est pas les dernières (avant dernières, juste).

 

Dans l’avion, Lili-Puce me renverse l’intégralité de son chocolat chaud sur moi. Je crie de surprise (effraie tout le monde au passage). Mais dans un sens, j’ai de la chance : je ne suis pas habillée en blanc ! Ça ne se voit presque pas !...mais bon, je suis trempée.

Dans le gros z’avion (le second), le repas pour enfant n’y est pas. Comme on est les derniers servis, il faut faire avec. Je force donc Fafa à manger son plateau adulte avec ses betteraves (« Non mais elles ont un drôle de gout » qu’elle me dit), découvrant, vingt minutes plus tard avec mon propre plateau qu’il s’agissait en fait de poires au vin !...

Tu parles d’un voyage…

 

A l’arrivée, chouette, nous avons 30mn d’avances (vent dans le dos…et durant tout le séjour aussi…limite, on a froid…). Dans les valises, miracle, rien n’est cassé, et les vacances sont supers (un brin trop de vent mais bon…)

 

En même temps, le souk à l’aéroport, ça nous connait.

Sur un premier voyage, la sécurité avait failli faire exploser notre sac à langer !!!...Une explosion de couches, ç'aurait été beau à voir tiens !

Mon’Homme l’avait oublié au coin presse. J’étais aux toilettes avec les filles (pour pas changer) et j’entendais l’annonce (ici, ça marchait) tout en me demandant quel idiot pouvait bien oublier le sac de son enfant, ça faisait déjà trois fois qu’ils appelaient…

Ben, c’était nous…

 

 

Vous pouvez vérifier de visu, là-bas, c’était bien…

Lien : photos Gwada.

 

 

Et toujours un peu plus d'actualités sur la page facebook du site :

 

https://www.facebook.com/pages/Chroniques-dune-m%C3%A8re-au-foyer-mais-pas-que/1406337782921699

 

 

 

 

 

 

 

 

 

.

 

CHRONIQUES D'UNE MÈRE AU FOYER MAIS PAS QUE.

 



18/12/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Famille & enfants pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 48 autres membres